Qui suis-je ?

 

 

Je m’appelle Anne-Isabelle de Parcevaux.

 

Je suis organiste co-titulaire à St Ignace à Paris, et organiste titulaire adjointe à la Cathédrale Saint Louis à Versailles.

 

L’activité d’une musicienne est toujours multiforme, elle m’a donné la chance d’enseigner, de jouer en concert en France et à l’étranger, en soliste ou au sein d’ensembles, et de participer aux liturgies, activités qui continuent à faire mon quotidien.

 

Née à Versailles, d’une famille aux racines bretonnes depuis des siècles, c’est pourtant en Provence que j’ai découvert et me suis prise de passion pour l’orgue. Le soleil, les cigales, la merveilleuse douceur provençale, l’amitié, tout cela mélangé à la musique, m’ont attachée profondément à cet instrument.

L’orgue, instrument vieux de plus de 2000 ans d’histoire, machine extraordinairement complexe capable de la plus grande douceur comme des éclats les plus tonitruants, a de quoi fasciner par lui-même.

L’architecture des grands monuments dans lesquels il se trouve le plus souvent placé, aussi. Leur histoire nous fait traverser les siècles.

Mais l’orgue s’est aussi invité dans les salons et les cinémas. Il est le joyau de nombreuses salles de concert.

Chaque instrument est unique et nécessite d’être apprivoisé. Il invite à l’humilité de la rencontre.

 

Après quelques merveilleuses années en Provence, j’ai continué mes études musicales en région parisienne et ai obtenu un prix de perfectionnement en Orgue au Conservatoire de Saint-Maur des Fossés dans la classe d’Eric Lebrun.

 

Parallèlement je suis entrée au Conservatoire National Supérieur de Paris (CNSMdP) pour y suivre le cursus d’Ecriture, couronné par un diplôme de Master. J’y ai appris à écrire dans le style des grands compositeurs : Bach, Mozart, Brahms, Bartok… Ce qui m’a permis d’apprendre à les connaître de l’intérieur. Nous étions guidés par des professeurs de grande qualité, eux-mêmes compositeurs comme Thierry Escaich, ce qui donnait une profondeur et une richesse particulière à leur regard sur les chefs d’œuvre des grands compositeurs du passé.

 

J’ai mené durant quelques années un double cursus. La Musique, à travers l’Orgue et l’Ecriture, ainsi que je viens de le raconter, mais aussi l’Histoire à la Sorbonne, discipline dans laquelle j’ai un Master 1. Rassemblant d’ailleurs ces deux domaines de compétence, j’ai écrit la biographie de l’organiste et compositeur Charles-Marie Widor, qui est parue en 2015 aux éditions Bleu Nuit.

 

 

L’orgue est aussi l’un des rares instruments ayant conservé une tradition d’improvisation toujours vivante aujourd’hui. J’ai eu la chance d’être élève de Pierre Pincemaille au Conservatoire de Saint-Maur des Fossés, l’un des plus grands représentant de cette tradition française.

 

Voilà pour les grandes lignes de mon CV.

 

Malgré les apparences, j’ai eu un parcours un peu chaotique et semé d’embûches. Mais il fait ma force aujourd’hui.

Mon apprentissage de l’orgue a été entravé par des difficultés qui semblaient totalement incompréhensibles. Aucun de mes professeurs ne pouvant m’aider à les surmonter malgré leur expérience, leur talent et leur bonne volonté, j’ai cherché de mon côté dans toutes les directions, explorant les domaines de la médecine, des neurosciences, de la psychologie. J’ai toujours été curieuse de tout et suis une lectrice compulsive.

 

Je me suis intéressée à toutes les méthodes existantes et à tout ce qui pouvait avoir un lien proche ou lointain avec l’apprentissage de la musique : j’ai exploré les mécanismes de la lecture, de l’écriture, de la parole et ses dysfonctionnements, la danse et le sport, la façon dont on devient expert quel que soit le domaine. Je me suis intéressée en profondeur au fonctionnement du cerveau : perception, motricité, mémoire.

A force de persévérance, j’ai fini par découvrir l’origine de mes difficultés, un défaut de mémoire auditive à court terme, et l’ai rééduqué seule en quelques mois par des exercices sur mesure, qui ont transformé mon rapport à la musique. C’était il y a une dizaine d’année. Je décris cette histoire dans l’article que je consacre au sujet de la mémoire auditive à court terme.

 

Ce long chemin parcouru m’a permis de découvrir beaucoup plus largement de nombreux mécanismes de l’apprentissage de la musique, et j’ai voulu partager mes découvertes. Ce blog en est aujourd’hui le fruit.

 

J’ai achevé en juillet 2018 une formation Médecine des Arts, en approfondissant dans un mémoire le sujet de la mémoire auditive à court terme.

La soutenance de ce travail m’a permis de décrocher  le 7 juillet 2018 mon diplôme Médecine des Arts avec les félicitations du jury.

 

 

Je vous invite désormais à me suivre au fil de ce blog sur ce chemin passionnant qu’est l’apprentissage de la musique par notre cerveau…

 

 

Mon profil Facebook :

https://www.facebook.com/profile.php?id=100019916492730

 

 

 

 

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  • 2
    Partages